logoarva reactor snow equipment
LOGO_COCO_tigne_simple.jpg

© 2017 charles-navillod.com 

N° SIRET 4924 8089 2000 16 

73320 TIGNES

charles.evolution2@gmail.com

CONTACT

  • Facebook Basic Square
  • Instagram Social Icon
  • LinkedIn Social Icône
  • Google+ Basic Square
  • Twitter Basic Square

March 21, 2018

November 21, 2017

October 24, 2017

October 9, 2017

September 25, 2017

Please reload

Posts Récents

La police sur les pistes ?

 

 

Je me suis récement retrouvé à un déjeuner en tête à tête avec Jean-Marie Ostian, avocat du sport.

Après de longues discussions autour du sport, il a soulevé un autre sujet qui concerne tous les skieurs, et au quotidien, tous les moniteurs de ski : le danger "des autres" sur les pistes ....

 

Comme au volant, certaines personnes, une fois les skis aux pieds, mettent le cerveau sur OFF ... et deviennent stupides, à en oublier (ou ne pas connaitre) les règles : ils sont très dangereux !

 

Est-ce que limiter la vitesse est une solution ?
Il ne faut pas parler de la vitesse absolue, mais beaucoup plus de la capacité du skieur à la
maitriser. D’ailleurs, la stricte mesure de la vitesse me paraît techniquement difficile, si ce n’est
impossible.
Par contre, comme sur les routes, un agent ou officier de police judiciaire, pourrait juger que, la vitesse du skieur est excessive et pourrait, en conséquence, verbaliser.
 

 

Comment différencier un très bon skieur avec un mauvais skieur ?
Ma réponse rejoint mon observation précédente.
Ce n’est pas la vitesse qui est dangereuse mais l’illusion du skieur incapable de la maitriser, qui va
se prendre pour le champion qu’il n’est pas sur une piste devenue trop facile, car trop bien
préparée...
 

Le service des pistes peut-il être rendu responsable pour avoir trop bien préparé une
piste devenue en conséquence trop rapide ?

Certes non. Ce serait aller rechercher la faute beaucoup trop loin. Par contre, toujours pour faire un
parallèle avec la circulation automobile, pourrait se généraliser la mise en place de chicanes pour
ralentir la vitesse des usagers. C’est désolant, car ce n’est pas à l’honneur de l’intelligence
humaine, mais on constate que ce système se généralise sur nos routes, sans que personne ne
crie au scandale...

 

Un moniteur pourrait-il assurer le rôle de "police" ?
Non, ce rôle serait réservé aux agents et officiers de police judiciaire, avec, évidemment, toutes les
garanties de la loi pour que leur intervention soit, bien sûr, efficace mais respecte également les
libertés publiques et la liberté individuelle.
La police des pistes, bien ordonnée et respectueuse du droit, pourrait alors être perçue comme
protectrice de la sécurité, et non pas comme une atteinte intolérable à la liberté.
Mais il est certain que, outre des oppositions philosophiques, la mise en place d’une police des
pistes poserait des problèmes pratiques et techniques : formation des agents, gestion des effectifs
à cause de la forte saisonnalité, contestations des skieurs verbalisés qui ne manqueraient pas
d’invoquer une trop grande subjectivité dans la constatation de l’infraction, etc.
 

 De l’intérêt des campagnes publicitaires ?
Il faut toujours espérer que l’éducation et la prévention apportent une prise de conscience du
danger, et une responsabilisation des skieurs.
Cela étant, ces idées optimistes ont leurs limites et c’est précisément à ce point que se pose la
question de l’intérêt ou de la nécessité d’organiser une véritable police des pistes, car,
malheureusement, certains skieurs totalement irresponsables ne comprendront que la répression.

 

 

Merci Monsieur Ostian pour ces réponses ... 

Moi même de mon côté je ne pense pas que la police soit une solution "viable", mais en tant que moniteur de ski, on peut dire que plusieurs fois dans l'hiver je "sers" les fesses, quand quelqu'un me rase les moustaches ... 

Il y a une semaine j'étais en cours de ski avec une cliente britannique de l’université de Cambridge. Elle s'est fait percutée par un touriste Français qui skiait bien trop prêt du groupe, et a mal évalué sa trajectoire ... Résultat, une luxation du pouce pour cette fois, ... rien de grave dira-t-on mais parfois, les skieurs victimes de collision ont moins de chance ...

 

Je souhaite via cet article avoir l'avis des moniteurs de ski, des personnes qui passent beaucoup de temps sur les pistes ... Voilà, n'hésitez pas à commenter ! ; ))

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez Charles :
Rechercher par Tags
  • Instagram Social Icon
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square